Accueil
Le Cabinet  | La Psychologie  | La Sexologie  | Contact / Accès  | Prendre rendez-vous  | Plan du site    |  
 
  Le Cabinet
- Les Psychologues
- Photos des cabinets
- Tarifs
- Courants théoriques
- Thérapies pratiquées
- Bilans Psychologiques
- Formation
- Articles & Actualités
 

ARTICLES & ACTUALITES

. Des caméras dans les crèches, le 13/03/2011

Certains parents ayant des enfants en crèche demandent l’installation de webcaméras à l’intérieur de ces établissements. La première crèche ainsi équipée se trouve à Issy-les-Moulineaux. Les parents peuvent ainsi avoir accès, via un numéro de code personnel, à un site Internet sur lequel ils surveillent leur bambin à son insu ainsi que le personnel chargé de s’en occuper. Derrière cette affaire de caméras, on trouve le désir inconscient de la part des parents d’empêcher le nécessaire travail de séparation des enfants et aussi de retarder le leur. La période de la crèche est celle qui permet aux uns et aux autres d’en aborder la première étape. Du côté des parents, elle exige qu’ils acceptent de déléguer le pouvoir de rassurer leur enfant à des tiers « maternants », comme ils accepteront plus tard de déléguer le pouvoir de l’éduquer à des tiers « paternants ». Dans les deux cas, il s’agit pour eux d’accepter de perdre une partie de leur toute-puissance, et de considérer l’enfant comme un sujet à part entière.

C’est un droit que les lieux de vie collectifs existant actuellement garantissent. Mais il y a un risque que le cordon ombilical virtuel établi via Internet fasse obstacle à l’apprentissage en collectivité loin du regard des parents. Certains parents, et notamment certaines mères, seront ravies d’en faire l’économie. On peut imaginer les propos ambigus qu’un parent ayant vu son enfant la journée, par caméra interposée, pourra lui tenir le soir à son retour de la crèche : « Tu ne m’as pas vu, mais moi je t’ai vu, tu as fait ceci ou cela ! » Ou même : « Si tu le désires, tu peux me faire coucou pendant la journée, où que je sois, je te verrai ! »

Tous les enfants ont aujourd’hui la possibilité d’échapper à leur milieu familial le temps de leur intégration dans une collectivité, qu’il s’agisse d’une crèche, d’une école ou d’un club. Ils y gagnent d’être confrontés à d’autres regards sur eux que ceux de leurs parents, et donc à un autre point de vue sur leurs apprentissages et leurs possibilités.

La loi Guizot (1833) a tenté de garantir l’indépendance des écoles par rapport aux autorités locales. Il est peut-être important de réfléchir à leur indépendance par rapport à l’autorité familiale. Les spécialistes de l’enfance savent combien il est important de respecter l’hétérogénéité des apprentissages en fonction des lieux et des interlocuteurs avec lesquels ceux-ci sont mis en jeu : certaines acquisitions sont d’abord faites à la maison et d’autres en collectivité, et il est essentiel de ne pas pousser l’enfant à se développer forcément au même rythme et de la même façon dans ces deux lieux. A travers cette hétérogénéité des apprentissages et la manière dont l’enfant les traduit et les manifeste, c’est la découverte de sa liberté qui est en jeu.




Cabinet de Psychologie et Sexologie
Contact : Amandine Edard - Psychologue Clinicienne - Tél : 06 62 89 78 89 - http://www.psybordeaux.fr - Siret 529 378 762 00015 - N°ADELI 33 93 0937 9 - Membre de l'AFTCC
Dorothée Carpentier - Psychologue Clinicienne - N° Siret 752 899 245 00019 - N° ADELI 33 93 1340 4 - Membre de l'Irccade
Thérapie individuelle enfant / ado / adulte . Sexologie et Thérapie de couple . Passation de tests projectifs et psychométriques, tels que QI, personnalité, diagnostic.

"La tendance la plus profonde de toute activité humaine est la marche vers l'équilibre. Jean Piaget, 1964"